Un festival de musique contemporaine au Musée Chagall

28 août 2017

Un festival de musique contemporaine au Musée Chagall

Cette saison, en octobre, profitez de 6 concerts lors du nouveau festival "Musiques d'aujourd'hui à demain"

Festival « Musiques d’aujourd’hui à demain »

 

« Ce qui n’est que moderne ne vit que d’aujourd’hui à demain, qu’il s’agisse d’art, de politique ou des conceptions de l’existence ». Ainsi s’exprimait le compositeur Arnold Schoenberg à propos de sa comédie intitulée « D’Aujourd’hui à demain » crée en 1930.

C’est ce même titre qui est choisi pour ce nouveau Festival présenté dans le cadre admirable de l’Auditorium du Musée Chagall. Les modes et ce qui est « moderne » passent, ne reste que l’essentiel.

 Or, il est essentiel de démontrer qu’il n’y a pas de rupture dans l’histoire de la musique. Le passé proche, lui-même issu de longues traditions, est en résonance parfaite avec la musique d’aujourd’hui.

Les six programmes représentatifs des diverses tendances européennes de ce Festival mélangent ce qui est acquis et qui appartient déjà d’une certaine manière à hier, mais aussi ce qui est à explorer aujourd’hui : des compositeurs méconnus qui ont marché dans les traces de leurs ainés et enfin ce qu’il faudra avoir la curiosité d’écouter demain : des œuvres de compositeurs vivants qui s’inscrivent dans une histoire en perpétuel cours d’écriture, en recherche permanente.

 

Les acquis

Ce sont ces maîtres du premier 20e siècle, aujourd’hui devenus des références classiques, que sont Poulenc, Respighi ou Korngold mais aussi les Russes Chostakovitch et Stravinsky,  les Polonais Szymanowski et Lutoslawski, le Nord-Américain Barber, le Tchèque devenu citoyen américain Martinu et bien sûr  cet Autrichien naturalisé lui aussi américain qu’est Schoenberg.

 

Les découvertes

Des artistes européens du milieu du 20ème siècle.

 Ils sont Polonais, Croates, Hongrois ou Roumains et leurs noms sont peu familiers au public des concerts.

C’est l’opportunité d’une exploration de répertoires rares, d’œuvres singulières voire iconoclastes.

 

La curiosité

Au sein de chacun de ces programmes seront offertes des pièces de musique de chambre écrite par des compositeurs vivants.

On y croisera Petitgirard ou Monterisi  mais aussi - puisque la saison lyrique illustre les relations fécondes entre la France et l’Italie - des compositeurs comme François Paris(1) et aussi Silvia Colasanti(2).

La curiosité est une belle vertu, une composante du besoin irrépressible d’apprendre : c’est l’envie de savoir, d’être confronté à la nouveauté, de remettre les choses en question.

 Venez découvrir ces oeuvres, vous y serez peut être indifférent, vous pourrez même les rejeter mais vous pourrez  aussi les aimer. Je vous propose simplement de prendre le risque de la découverte.

 

  1. Aujourd’hui directeur du CIRM (Centre National de Création Musicale) et du Festival MANCA à Nice. Son premier Opéra "Maria Republica" a été créé au Théâtre Graslin de Nantes en 2016. Il a reçu, pour cette œuvre, le Prix de "la Meilleure Création Musicale"
  2. Formée auprès de Wolfgang Rihm et Pascal Dusapin. Son opéra « La Métamorphose » (d’après Kafka) a été créé au « Maggio Fiorentino en 2012 et elle travaille actuellement sur un autre opéra intitulé « Faust, Tragedia soggettiva in musica », basé sur un texte de Fernando Pessoa.