Zakir Hussain en concert à l'Opéra

20 juil. 2018

Zakir Hussain en concert à l'Opéra

"Si vous me demandez ce que vous pouvez attendre de ce concert... Quand je le saurai, je vous le ferai savoir !" - Zakir Hussain

Né le 9 mars 1951, Zakir Hussain reste toujours aussi jeune de corps et d'esprit, insufflant un nouveau courant à la musique hindoustani.

Après avoir fait ses classes auprès de son père, il accompagne les ténors de la musique hindoustani dès l'âge de dix ans. À partir de quinze ans, il parcourt l'Inde en train, de concert en concert, tenant parfois le tabla dans ses bras - debout pendant des heures dans les couloirs des wagons de deuxième classe. Il ne cessera plus dès lors de voyager, devenant le plus globe-trotter des musiciens indiens.

Après un séjour à New-York où il rencontrera le plus grand joueur de ghatam, Vikku Vinayakaram, il s'installera à demeure dès 1969 en Californie, où Ali Akbar Khan l'appelle pour y enseigner le tabla et l'accompagner lors de ses concerts aux Etats-Unis. Son contact avec l'Amérique est déterminant : il écoute avec une vive curiosité de nouvelles musiques, passe une thèse de doctorat en ethnomusicologie (dont il ne parle guère), tapote au piano avec doigté et gratte harmonieusement des blues à la guitare. Il rejoint bientôt des musiciens de jazz. Il devient l'ami du batteur de Grateful Dead avec qui il tourne régulièrement et se lie avec John McLaughling qui crée le Mahavishnu Orchestra puis Shakti, transformé en Remember Shakti. (Texte Christian Ledoux, dossier de presse La Musique des Autres et Anagath', mars 2003)