Les concerts en famille

25 juil. 2018

Les concerts en famille

A la rencontre de tous les instruments

Les concerts familiaux du dimanche matin auront cette année une dimension pédagogique.

D’une durée d’une heure, programmant des œuvres faciles d’accès, ils bénéficieront d’une présentation et s’adresseront prioritairement aux enfants. Les parents y seront bien sûr accueillis avec plaisir.

Cette saison, on entrera dans l’intimité d’une grande et passionnante famille : celle des instruments de musique. D’ici la fin de la saison, on aura rendu visite à tous ses membres les cordes, les bois, les cuivres, les percussions, les harpes.

Trois concerts auront lieu au cours du premier trimestre.

Le premier, le 23 septembre, sera consacré aux bois :on découvrira ainsi le son lumineux de la flûte, le chant bucolique du hautbois, la voix veloutée de la clarinette, l’expression grave et caustique du basson.

On découvrira qu’on souffle dans la flûte au moyen d’une embouchure, dans la clarinette au moyen d’une anche simple, dans le hautbois ou le basson au moyen une anche double.

Trois œuvres seront au programme, dans lesquelles un instrument de cuivre, le cor, viendra s’adjoindre à la famille des bois : la Symphonie de Donizetti, la Sérénade et l’Octuor de Mozart.

 

Purcell réinventé par Britten

Le 7 octobre sera programmée l’une des œuvres les plus extraordinaires qui aient jamais été écrites pour découvrir les instruments de l’orchestre Variations sur un thème de Purcell de Benjamin Britten.

Le grand compositeur anglais a en effet écrit des variations sur un thème du compositeur du 18e siècle. Henry Purcell. Il les fait jouer successivement par toutes les sections de l’orchestre symphonique qui interviennent tour à tour avec leurs diverses caractéristiques sonores.

Lors du même concert sera programmée la pittoresque suite Harry Janos du compositeur hongrois Kodaly. Cette œuvre, qui présente un festival de sonorités instrumentales, raconte l’histoire d’un héros hongrois qui, tel Tartarin de Tarascon, s’attribue des exploits fous, comme celui d’avoir mis en déroute tout seul l’armée de Napoléon !

 

Un festival de cordes

Le 18 novembre, on assistera à un festival d’instruments à cordes avec des Variations du compositeur russe Glazounov, la belle Romance du Finlandais Sibelius, la vigoureuse Symphonie de chambre du russe Chostakovitch, la réjouissante Sérénade du Suédois Dag Wiren, enfin l’œuvre Festina lente du compositeur estonien Arvo Pärt. Dans cette dernière œuvre, écrite uniquement sur la gamme de do majeur, dont le titre latin signifie Hâte toi lentement, les différents instruments à cordes se distinguent par leur tempo : rapide pour les violons, modéré pour les altos, et lent pour les violoncelles.

Il n’y a pas à dire, les instruments de musique forment une grande et belle famille !

 

 

Par André Peyrègne