Ballet Nice Méditerranée

Photos de danseuses et danseurs en représentation de Océana

PHOTO : © Dominique Jaussein

 

Les origines de la compagnie

Le Ballet de l'Opéra de Nice est créé en 1947 sous l'impulsion de Pierre Pasquini. Son premier maître de ballet est Madame Françoise Adret. Jusqu'en 1959, la direction du ballet fait appel à des chorégraphes de renom ainsi qu’à des étoiles invitées afin de présenter des créations liées aux commandes musicales de l’Opéra. Claire Motte, Youly Algaroff, Claire Sombert, Lyane Daydé, Josette Amiel, John Gilpin entre autres, marqueront de leur présence cette première période. La compagnie est successivement dirigée par Lycette Darsonval, Jean-Pierre Ruffier, Tony Pardina, Martine Parmain, Jean-Michel Bouvron, Marc Ribaud et Eleonora Gori.

La compagnie actuelle

Après une parenthèse de quelques années, la nouvelle municipalité souhaite redonner ses lettres de noblesse à la danse et décide de redynamiser la compagnie de l’Opéra de Nice en la dotant d’un directeur artistique de premier ordre. Le choix se porte sur Éric Vu-An, danseur réputé, passé par l’Opéra de Paris, ayant collaboré avec les plus grands chorégraphes et qui a déjà dirigé plusieurs compagnies.
Avec son arrivée en 2009, la compagnie prend un nouvel essor en devenant « Le Ballet Nice Méditerranée ». Afin de mieux servir le répertoire et la vision artistique du nouveau directeur, huit postes de danseurs solistes sont alors créés. Des collaborations sont mises en place avec d’autres structures telles que le département danse du C.N.R.R (Conservatoire de Nice) et l’École de Danse Supérieure de Cannes Rosella Hightower, ainsi qu’avec le Monaco Dance Forum pour lequel le nouveau Ballet Nice Méditerranée est invité à se produire en décembre 2009, dans le cadre des commémorations du Centenaire des Ballets Russes.
Dans un même esprit d’ouverture, la compagnie présente à Nice une saison estivale en extérieur au Théâtre de Verdure. Sa programmation hors les murs inclut également le Théâtre National de Nice et les Jardins de Cimiez. Afin d’initier le jeune public à la danse, elle propose des projets pédagogiques et intensifie son rayonnement grâce à des échanges avec d’autres compagnies de danse.
Enfin, sa réputation internationale s’amplifie grâce à des tournées plus nombreuses : Italie – Espagne – Chine – Hong Kong (Festival « French May ») – Cuba - Russie…
Tels sont les objectifs qui modèlent le nouveau visage du Ballet Nice Méditerranée.

Le répertoire

Les premières représentations de cette compagnie renouvelée ont lieu en janvier 2010 à l’Opéra Nice Côte d’Azur, devant un public venu nombreux, avec un programme qui rend hommage aux Ballets russes. La même année, elle fait massivement entrer dans son répertoire des œuvres très variées. Le ton est donné. Le Ballet Nice Méditerranée fonde sa nouvelle identité sur sa capacité à s’approprier les styles de danse les plus diversifiés et les plus exigeants.

Le Répertoire classique

La Compagnie est réputée pour la qualité de ses danseurs qui ont tous reçu une formation classique de haut niveau et excelle dans l’interprétation du grand répertoire. Les balletomanes les plus exigeants ont pu le vérifier à travers la présentation d’œuvres telles que : Don Quichotte (E. Vu-An) – Coppélia (E. Vu-An)- Les Sylphides (M. Fokine) Allegro Brillante, Chaconne et Concerto Barocco (G. Balanchine) - Suite en blanc et Roméo et Juliette (S.Lifar) - Raymonda (E. Vu-An d’après Petipa) - Sylvia (E. Vu-An d’après L. Mérante) - Les deux pigeons (E. Vu-An d’après A. Aveline) – Soir de fête (L. Staats), La Sylphide (D. Bjorn d’après A. Bournonville).

La modernité

Si la danse classique définit une part essentielle de l’identité du Ballet Nice Méditerranée, la compagnie se tourne également vers une forme de danse plus moderne qui ne rompt jamais pour autant avec le classique. Sont ainsi inscrits au répertoire du Ballet : l’Après-midi d’un Faune (Nijinsky) Cantate 51 (M.Béjart) - Pas de Dieux, qui n’avait plus été programmé depuis plus de 40 ans en France (G. Kelly, remonté par Claude Bessy) - Viva Verdi (G. Mancini, 2010) - Marco Polo (L. Cannito, 2010)- The Envelope (D. Parsons), Por vos Muero, Gnawa (N. Duato) – Voluntaries (G. Tetley) - La Pavane du Maure (J.Limon) - Adagietto et Rhapsodie (O. Araiz) - Three Preludes (B. Stevenson) - Night Creature (Alvin Ailey) - Sinfonietta (Jiri Kylian) - Troy Games (R. North)

Les créations

Enfin, à la demande d’Éric Vu-An, des grands noms de la danse sont invités à chorégraphier pour la Compagnie des œuvres originales qui font d’elle un lieu de découverte et de création. Ont ainsi été créés pour le Ballet Nice Méditerranée : La Campanella (G.Mancini, 2010) – Oceana (Lucinda Childs, 2011) - Verse Us (D. Rhoden, 2014) tout récemment nominés aux Benois de la Danse 2015.