Direction

Philippe Auguin, Directeur Musical de l’Orchestre Philharmonique de Nice

Philippe Auguin est l’un des plus brillants chefs d’orchestre de sa génération, tant dans le domaine lyrique que dans le domaine symphonique. Il collabore depuis de nombreuses années avec les plus grands Opéras du monde tels que le New York Metropolitan Opera (Lohengrin, La bohème, Doktor Faust de Ferruccio Busoni, Frau ohne Schatten), le Los Angeles Opera (Faust), le Royal Opera House Covent Garden (notamment Carmen, La Traviata, Un ballo in maschera, La bohème, Madama Butterfly), le Théâtre de La Scala de Milan (Don Giovanni, Le nozze di Figaro, Die Zauberflöte, La damnation de Faust, Macbeth, Un ballo in maschera, La forza del destino), l’Opera de Sydney (Tannhäuser, Capriccio), le Grand Théâtre de Genève (Der Rosenkavalier), le New Tokyo Opera (Tannhäuser), l'Opéra Royal de Copenhague (Don Carlo), l’Opéra de Berlin (notamment Carmen, Aida, Madama Butterfly, La bohème, la Tétralogie, Tote Stadt), le Bayerische Staatsoper de Munich (notamment Lohengrin, Elektra, Der Rosenkavalier) l’Opéra de Hambourg (notamment Le nozze di Figaro, Otello, Falstaff, Tannhäuser, Salome), le Staatsoper de Nuremberg (notamment la Tétralogie, Salome, Pelléas et Mélisande), l’Opéra de Cologne (notamment Otello, Der Rosenkavalier, Le Roi Arthus), le Staatsoper de Stuttgart (La clemenza di Tito, La Traviata, Ariadne auf Naxos, Elektra), le Staatsoper de Dresde (Der Fliegende Holländer).

Au Staatsoper de Vienne, il dirige en 2008 – 2009 Tote Stadt et en 2010, La forza del destino.

Au Festival International de Musique de Beijing (2005), il dirige la première en Chine de la Tétralogie de Wagner. En 2008, il participe à nouveau au Festival International de Musique de Beijing, pour lequel il a dirigé le Deutsche Oper Berlin dans Tannhäuser.

En tant que chef d’orchestre symphonique, Philippe Auguin a immédiatement connu un grand succès.

Il a débuté au BBC Symphony Orchestra de Londres avec Le Sacre du printemps de Stravinsky au Royal Festival Hall, au Royal Philharmonic de Londres avec La damnation de Faust au Royal Albert Hall, à l’Orchestre National de France avec la Symphonie no. I de Robert Schumann au Théâtre des Champs-Élysées, à l’Orchestre Symphonique de Vienne avec la Symphonie no. II de Brahms au Musikverein et à l’Orchestre Philharmonique de Munich avec Ein Heldenleben de Strauss au Gasteig. Philippe Auguin dirige un grand nombre d’orchestres prestigieux, tels que le Deutsche Oper Berlin, le Maggio Musicale Fiorentino, l’Orchestre Philharmonique tchèque, le Bamberger Symphoniker, le Royal Philharmonic Orchestra de Londres, le KBS Symphony Orchestra de Séoul, l’Orchestre Philharmonique de Tokyo et l’Orchestre Philharmonique de Chine.

Il a un répertoire symphonique très étendu, allant du XVIIIe siècle aux œuvres emblématiques de Bruckner, Strauss, Stravinsky et Bartók, ainsi que l’œuvre symphonique complète de Gustav Malher. Il est également connu pour ses fréquentes collaborations avec des compositeurs contemporains et a récemment dirigé des œuvres de Hans-Werner Henze, Peter Maxwell Davies, Aribert Reimann, Peter Ruzicka, et Pierre Boulez.

Philippe Auguin est régulièrement l’invité de prestigieux festivals, dont le Ravenna Festival, le Schleswig-Holstein Musik Festival, le Beethovenfest de Bonn, le Kissinger Musiksommer, le Festival de Savonlinna et le Festival de Hong Kong. Il a également dirigé à l’occasion de l’Ouverture des Jeux Olympiques de Sydney en 2000 et au Festival de printemps du Tokyo Opera Nomori en 2006. Au Festival de Salzbourg, il a dirigé entre autres, pour l’année Mozart en 1991, l’ouverture du Festival avec la première Mozart-Matinée. En 1996, il a à nouveau participé à ce festival pour lequel il a dirigé le Wiener Symphoniker dans une production de Fidelio de Beethoven au Grosses Festspielhaus. L’Orchestre Philharmonique de Vienne joue de nouveau sous sa direction en 2002 Salome de Strauss au Festival de Saragosse.

Au cours des dernières saisons, Philippe Auguin a dirigé au Metropolitan (Tosca), au Staatsoper de Vienne (Un ballo in maschera), à l’Opéra de Monaco (Die Zauberflöte), à l’Opera de Sydney (La Traviata), au Teatro Colón de Buenos Aires (Manon), au Teatro Lirico Cagliari (Manon Lescaut), au Teatro Massimo di Palermo (Simon Boccanegra, Die Gezeichneten), au Festival d’Opéra de Savonlinna (Mefistofele, Tosca, Lohengrin).

En novembre 2010, Philippe Auguin est nommé directeur musical du Washington National Opera et du Kennedy Center Orchestra, au lendemain du succès remporté par les représentations du Götterdämmerung de Wagner.

Après les succès obtenus à Nice lors des représentations de Nabucco (2007) et Parsifal (en 2010 dans la salle Acropolis) à la tête du Philharmonique de Nice, Philippe Auguin est nommé directeur musical de cet orchestre en septembre 2010. Dès sa prise de fonction, il inscrit au répertoire de cette formation de grandes œuvres, comme L’oiseau de feu de Stravinsky, la Symphonie no. IX de Beethoven et les Quatre pièces de l’opus 12 de Bartók.

Portrait de Philippe Auguin
Philippe Auguin, directeur musical de l'Orchestre Philharmonique de Nice

Photo : © Dario Acosta