Cantate 51, Belong pas de deux, Le Ballet de Faust

Ballet

Date(s)

  • 9 oct. 2020  à  20:00
  • 10 oct. 2020  à  20:00
  • 11 oct. 2020  à  15:00
  • 13 oct. 2020  à  20:00
  • 14 oct. 2020  à  20:00
  • 15 oct. 2020  à  20:00

Durée

2h env.


Tarifs

10€ à 24€
étudiants 5€

[ Ballet Nice Méditerranée ]

 

CANTATE 51

Chorégraphie Maurice Béjart

Musique Jean-Sébastien Bach

« La joie qui éclate dans la partition de Jean-Sébastien Bach nous propose le thème de l’Annonciation. L’ange apparaît à Marie et lui prédit la naissance d’un fils, incarnation divine qui dynamise l’univers transfiguré comme cette musique qui dépasse l’humain » (Maurice Béjart).

Rarement en effet la danse a été un art aussi divin que dans cette Cantate 51, un ballet intemporel signé par un des plus grands chorégraphes du XXème siècle.

 

 

BELONG pas de deux                        

Chorégraphie Norbert Vesak

Musique Syrinx & Robert De LaRose

Un pas de deux dit toujours la même chose : l’expérience faite par deux danseurs dont les esprits sont à l’unisson et qui confient à leur corps le soin d’exprimer cette fusion. Par conséquent, un pas de deux ne peut nous toucher que si ses interprètes atteignent ensemble ce point de fusion, que si la complicité entre eux est parfaite. Belong de Norbert Vesak est un monument en la matière. La connivence entre les danseurs est ici totale. C’est elle qui nous maintient en haleine pendant les dix minutes que dure cette chorégraphie qui monte crescendo. En 1980, Belong a fait se lever le public découvrant cette œuvre pour la première fois lors du concours international de danse de Varna en Bulgarie. Depuis l’introduction au sol jusqu’au porté final, Norbert Vesak nous offre un voyage d’à peine dix minutes mais l’expérience est inoubliable.

 

LE BALLET DE FAUST (création 2018)

 

Chorégraphie Éric Vu-An

Musique Charles Gounod

Et si la danse était la plus terrible des tentations ? Dans ce ballet qui nous entraine aux portes de l’enfer, Faust est le jouet d’un Méphistophélès qui maîtrise comme nul autre l’art du mouvement. À tout moment, le tentateur laisse l’amour éclore pour mieux le reprendre l’instant suivant. Véritable nuit de Sabbat où la danse pousse à tous les égarements, ce ballet emblématique du mouvement Sturm und Drang nous rappelle que danse et transe ne sont jamais très éloignées. La danse a le pouvoir d’utiliser le corps pour nous faire accéder à une réalité plus intense. Le vocabulaire classique est ici mis au service d’une chorégraphie virtuose. Véritable défi pour les danseurs, ce Ballet de Faust offre un moment de divertissement à ne pas rater.