Chaka / Le Ballet de Faust / Verse us / Night creature
Black dances matter

Ballet

Date(s)

  • 15 oct. 2021  à  20:00
  • 16 oct. 2021  à  20:00
  • 17 oct. 2021  à  15:00
  • 19 oct. 2021  à  20:00
  • 20 oct. 2021  à  20:00
  • 21 oct. 2021  à  20:00

Durée

1h30 env.


Tarifs

de 10€ à 25€
étudiants 5€

[ Ballet Nice Méditerranée ]

 

BLACK DANCES MATTER

 

CHAKA

SOLOS extraits du Ballet

Créé dans le cadre des commémorations du Bicentenaire de la Révolution Française au Grand Palais des Champs Elysées le 22 Mai 1989 à Paris.

Chorégraphie Maurice Béjart
Musiques populaires brésiliennes et de Côte d’Ivoire
Textes de Léopold Sédar Senghor

Ouvrant ce programme qui rend hommage à des artistes noirs ayant marqué l’Histoire de la danse, Chaka est un coup de maître de Maurice Béjart, signé en pleine célébration du Bicentenaire de la Révolution Française (qui échoua hélas à faire disparaître l’esclavage). Une fois encore, le chorégraphe nous offre à travers ces quelques minutes qui passent en un éclair, un grand moment de danse. Choisissant pour personnage le roi Chaka, fondateur du royaume Zoulou, Béjart renoue avec ses origines africaines. Une dizaine d’années plus tôt, il avait déjà ouvert Mudra-Afrique à Dakar, honorant ainsi la mémoire de son arrière-grand-mère sénégalaise. Sur un texte de Léopold Sédar Senghor, Béjart rappelle à la danse sa « négritude », pour reprendre les mots d’un autre grand auteur Aimé Césaire. Il lui offre par la même occasion un de ses plus beaux joyaux.

 

EDEN (création)
LE BALLET DE FAUST

Chorégraphie Eric Vu-An
Musiques Christoph Willibald Gluck, Charles Gounod

Dans ce ballet qui nous entraine aux portes de l’enfer, Faust est le jouet d’un Méphistophélès qui maîtrise comme nul autre l’art du mouvement. Véritable nuit de Sabbat où la danse pousse à tous les égarements, le ballet nous rappelle que danse et transe ne sont jamais éloignées. La danse a le pouvoir d’utiliser le corps pour nous faire accéder à une réalité plus intense... Et dans cette autre réalité, les couleurs de peau n’ont plus d’importance. Éric Vu-An, chorégraphe et artiste métisse s’il en est de par ses origines européennes, vietnamienne et africaines, nous offre un superbe moment de danse et de tolérance, notamment à travers un prologue et un épilogue où les masques annihilent ces différences qui continuent d’ensanglanter l’humanité.

 

VERSE US

Chorégraphie Dwight Rhoden
Musiques Wolfgang Amadeus Mozart - Nils Frahm - Philip Glass - Sven Helbig - Kristian Järvi - Claude Debussy

Peu de chorégraphes proposent des ballets aussi complets. Avec Verse us de Dwight Rhoden, « Tout y est ! » pourrait-on dire : L’exigence et l’excellence du classique, l’espièglerie et la physicalité du moderne, l’inventivité et la surprise du contemporain. Comme chaque création imaginée par cet ancien danseur d’Alvin Ailey, Verse us offre une danse savamment dosée. Dwight Rhoden réussit le pari d’être audacieux sans être conflictuel, harmonieux sans être académique et l’on comprend que beaucoup voient à travers ses œuvres une filiation directe avec George Balanchine. Les points communs ne manquent pas. Tous deux ont cette capacité à sublimer le vocabulaire classique en le mettant au service d’une danse lisible et innovante sans jamais être iconoclaste envers le passé.

 

NIGHT CREATURE

Chorégraphie Alvin Ailey
Musique Duke Ellington

Night Creature célèbre, comme son nom l’indique, les êtres de la nuit qui peuplent l’univers glamour des boîtes de nuit new-yorkaises. C’est un monde en ébullition, mouvant, où la moindre étincelle est à même d’allumer un brasier au cœur d’une nuit qui se rafraîchit. Le public fait ici l’expérience d’une escapade nocturne aux côtés d’Alvin Ailey et de Duke Ellington. L’alchimie entre la danse, si entraînante du plus grand chorégraphe afro-américain, et la musique pétillante du géant du jazz nous offre un moment rare qui nous fera taper du pied et longtemps fredonner une fois le rideau baissé.