Sinfonietta, Night Creature, Vespertine

Ballet

Date(s)

  • 7 avr. 2017  à  20:00
  • 8 avr. 2017  à  20:00
  • 9 avr. 2017  à  15:00
  • 13 avr. 2017  à  20:00
  • 14 avr. 2017  à  20:00
  • 15 avr. 2017  à  20:00

Durée

2h env.


Tarifs

de 8€ à 23€
étudiants 5€

PHOTO : © Dominique Jaussein

 

SINFONIETTA

Chorégraphie Jiří Kylián

Musique Leoš Janáček

Lumières Kees Tjebbe

Décors et costumes Walter Kobbe

 [Durée 24 mn]

 

En 1978, Sinfonietta fut acclamée par un public déchaîné, hurlant debout sur les fauteuils, et faisant voltiger les programmes. Depuis ce fameux soir, le ballet est devenu un pilier du Nederlands Dans Theater et a participé à la consécration du chorégraphe tchèque dans le monde entier.

L’introduction de Sinfonietta est inoubliable. Les danseurs n’entrent pas sur scène : ils font irruption. Ils jaillissent au moment où les cuivres explosent et transmettent, en quelques pas, une sensation d’énergie pure.

 

VESPERTINE

Chorégraphie Liam Scarlett

Musique Arcangelo Corelli

Arrangements Bjarte Eike

Lumières Michael Hulls

[Durée 32 mn]

 

Depuis cinq années, Liam Scarlett, chorégraphe émergeant, est sollicité par de prestigieuses compagnies telles que le Royal Ballet, le San Francisco Ballet, l’American Ballet Theater ou encore le Norwegian National Ballet où Vespertine a vu le jour. Sa venue au Ballet Nice Méditerranée est l’occasion unique de découvrir le talent de cet artiste si prometteur. Avec Vespertine, le public pourra voir comment Liam Scarlett s’est approprié l’univers chatoyant de la musique baroque pour en retranscrire tous les contrastes et les raffinements.

NIGHT CREATURE

Chorégraphie Alvin Ailey

Musique Duke Ellington

Lumières Chenault Spence

[Durée 17 mn]

 

Alvin Ailey était considéré par le Congrès lui-même comme un ambassadeur vital de la culture américaine. L’esprit qui traverse cette pièce nous propulse au cœur d’un fragment d’histoire, toujours trépidante, du nouveau continent. Quel est-il ? Celui de la culture afro-américaine en prise directe avec les lumières de la ville qui ne dort jamais. Night Creature célèbre, comme son nom l’indique, les êtres nocturnes qui peuplent l’univers électrique des boîtes de nuit new-yorkaise, sur une musique de Duke Ellington, autre géant de la nuit américaine.