Oceana, Voluntaries, Oktett
Ballets d'avril

Ballet

Date(s)

  • 8 avr. 2016  à  20:00
  • 9 avr. 2016  à  20:00
  • 10 avr. 2016  à  15:00
  • 13 avr. 2016  à  10:00 [public empêché]
  • 14 avr. 2016  à  20:00
  • 15 avr. 2016  à  20:00
  • 16 avr. 2016  à  20:00

Durée

Env. 2h dont 1 entracte de 20 mn


Tarifs

de 8€ à 23€ / étudiants : 5€

PHOTO : © Dominique Jaussein

 

OCEANA

Chorégraphie Lucinda Childs / Musique Osvaldo Golijov

Scénographie et lumières Dominique Drillot

[durée 24 mn]

Depuis les années 60 où elle participait aux performances du collectif minimaliste et avant-gardiste de la Judson Church, Lucinda Childs n’a cessé d’affiner sa quête du mouvement perpétuel. La répétition des gestes et leur multiplication l’ont amenée à créer une danse fluide qui s’enchaîne et trouve sa force dans son éternel recommencement. Son tour de force est d’avoir su mettre en pratique cette démarche formelle exigeante sans pour autant renoncer à la beauté de la danse. Oceana témoigne de la fidélité à un principe à travers une chorégraphie qui n’est jamais sèchement conceptuelle.

 

VOLUNTARIES

Chorégraphie Glen Tetley / Musique Francis Poulenc

Décors et costumes Rouben Ter-Arutunian / Concepteur lumières John B. Read

[durée 25 mn]

Voluntaries évoque un épisode douloureux de l’histoire de la danse du XXe siècle : le décès prématuré de John Cranko lors d’un accident d’avion. à travers cette chorégraphie, Glen Tetley a voulu rendre hommage au Directeur artistique du Ballet de Stuttgart trop tôt disparu. Loin d’être sombre ou funèbre, Voluntaries est au contraire une pièce pleine de vie qui célèbre les portés, les arabesques, les pirouettes et les grands jetés. Après la première de Voluntaries, le chorégraphe succède à John Cranko jusqu’en 1976.

 

OKTETT

Chorégraphie Uwe Scholz / Musique Felix Mendelssohn

[durée 20 mn]

Les lignes esquissées par ce chorégraphe au génie précoce, qui voulait tant être chef d’orchestre, dessinent les contours d’un caractère sensible et chaleureux. Grâce à sa réflexion chorégraphique, Uwe Scholz nous fait accéder par le mouvement aux nuances les plus subtiles et les plus intimes de l’Octuor en mi bémol majeur pour cordes de Mendelssohn.